Terra nova

ça y est. Me revoilà. Après un peu plus de quatre ans d’absence, je ressens de nouveau le besoin d’écrire sur ce blog. Visiblement, il n’y a qu’en Lorraine que l’envie de réécrire sur cette interface me reprend.

Nouveau départ donc. Me voilà de retour à Thionville. Après moult pérégrinations (Lyon pour mon master, Genève une rencontre inaboutie parmi tant d’autres, Bordeaux pour mon entretien).

Je viens à peine de rendre mon appartement à Lyon que je suis à Metz, dans le bureau de mon frère. Je suis supposé préparer un entretien pour travailler à la mairie de Tourcoing. Cependant, je ne me juge pas dans de bonnes dispositions mentales et psychologiques pour être pris. Mon déménagement en dehors des contrées lyonnaises a été chronophage. Il m’a demandé une telle débauche d’énergie que j’en viens à considérer mon entretien dans le Nord comme un entraînement. Entraînement pour les autres rendez-vous professionnels que j’aurai à venir pour ce mois de février héhé :).

Alors pourquoi réécrire maintenant ? J’écris à nouveau ici, car comme l’indique l’intitulé de ce blog, je ressens le besoin de publier mes échos, mes pensées, mes réflexions, mes « bouillonnements » intérieurs. Je suis à une période cruciale de ma vie. Je recherche un travail. Lyon n’a pas marché pour moi. Lyon est bloqué. C’est que mon avenir est donc ailleurs. Mais quelque part, ça ne m’étonne pas. ça ne me surprend pas. J’avais besoin de partir de la Cité des Gaules. Certaines choses m’ont fatigué. J’avais besoin de prendre du recul et de l’éloignement sur certaines choses qui m’ont drainé de l’énergie. D’autres choses Après Strasbourg, Toulouse et Lyon, quelle autre ville va s’inscrire sur l’écriteau de mon histoire personnelle ? Marseille peut-être ? je veux y croire. j’ose y croire.

« Mur émotionnel« , comme dirait l’autre. Mur émotionnel car beaucoup de déplacements, beaucoup de sous dépensés, sans résultat pour l’instant. En apparence.

Parce que c’est à partir de la deuxième minute de ce flow inspirant que se mêlent mes fantasmes les plus fous. Tel Nadal serrant le poing après un échange âprement gagné.

Et si le jury de lundi était Djokovic et que moi j’étais Nadal ? Le seul point commun que j’ai avec le Majorquin ? Je suis gaucher.

Vamos !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s